Abéhi et Dibopieu rejoignent Blé Goudé en
Côte d'Ivoire

Publié par AFP le Mardi 5 Février 2013 à 22h21 - Politique

Après Charles Blé Goudé, c'est autour du commandant Jean-Noël Abéhi, un pilier de l'appareil sécuritaire de l'ex-président Laurent Gbagbo, d'être arrêté au Ghana et extradé, ce mardi 5 février 2013 en Côte d'Ivoire.

crédit: Ohou Fabrice - SIPA
Abidjan, Côte d'Ivoire, 17 janvier 2006. Charles Blé Goudé, leader des jeunes patriotes lors d'une manifestation devant l'ambassade de France
 

Le commandant Abéhi, ainsi que Jean-Yves Dibopieu, ancien chef d'un syndicat étudiant pro-Gbagbo, "ont été arrêtés lundi au Ghana", a indiqué à l'AFP un haut responsable de la sécurité ivoirienne.

"Ils ont été récupérés à la frontière ce (mardi) matin, ils sont en Côte d'Ivoire", a expliqué une source proche du ministère de l'Intérieur.

Dans un communiqué lu sur la télévision publique, le ministère a confirmé l'arrestation de "plusieurs" personnes, dont le commandant Abéhi, lundi lors d'"une opération policière conjointe de la Côte d'Ivoire et du Ghana".

Le militaire "est actuellement détenu en Côte d'Ivoire dans le cadre des procédures judiciaires ouvertes contre lui", a ajouté le ministère, sans en dire davantage sur les autres personnes appréhendées.

Chef de l'escadron blindé d'Agban, le plus grand camp de gendarmerie du pays, basé à Abidjan, Jean-Noël Abéhi avait pris la fuite après la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait environ 3.000 morts et s'est conclue par la chute de Laurent Gbagbo.

 

Il est considéré par ses détracteurs et des ONG internationales comme l'un des principaux responsables d'exactions sous le régime Gbagbo, notamment durant la dernière crise.

Il est soupçonné aussi par le régime du président Alassane Ouattara d'être impliqué dans des tentatives de déstabilisation et des attaques contre les forces de sécurité ivoiriennes survenues au second semestre 2012.

Ancien chef de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci), le redouté syndicat étudiant pro-Gbagbo, Jean-Yves Dibopieu est un proche de Charles Blé Goudé, ex-leader des "jeunes patriotes" favorables à l'ancien président. Les "patriotes" avaient organisé des manifestations antifrançaises, parfois violentes, durant la dernière décennie.

 

"Dialogue direct" pouvoir-opposition

 

M. Blé Goudé a été arrêté le 17 janvier au Ghana et extradé le lendemain à Abidjan. L'ex-"général de la rue", visé par des sanctions de l'ONU depuis 2006, a été inculpé par la justice ivoirienne de "crimes de guerre".

Après l'arrestation de M. Blé Goudé, la fin de cavale du commandant Abéhi est "un symbole fort", vu son rôle passé, a estimé une source diplomatique occidentale.

Parallèlement, le gouvernement ivoirien mène depuis mi-janvier un "dialogue direct" avec le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de M. Gbagbo.

L'un des objectifs des discussions est de permettre la participation de la principale formation d'opposition aux prochaines élections locales, initialement prévues le 24 février et reportées sine die.

Mais, selon le "rapport de synthèse" issu de ce dialogue, le FPI conditionne sa participation à ces scrutins à l'adoption d'une loi d'amnistie. Pas de réconciliation sans "justice", ont répliqué les autorités.

Plusieurs personnalités de l'ancien pouvoir - dont l'ex-Première dame, Simone Gbagbo - sont détenues depuis la fin de la crise postélectorale. Des dizaines d'autres personnes, des civils et des militaires en poste sous le régime déchu, sont aussi en prison, souvent dans le Nord.

Laurent Gbagbo est détenu depuis fin 2011 à La Haye par la Cour pénale internationale, qui le soupçonne de crimes contre l'humanité. L'audience de "confirmation des charges" devant permettre de décider de la tenue de son éventuel procès doit démarrer le 19 février. 

Sujet