France - Christiane Taubira: Garde des Sceaux
et nouvelle star de la politique

Publié par AFP le Mercredi 6 Février 2013 à 15h44 - Focus

Issue d'une famille modeste de Guyane, la ministre française de la Justice Christiane Taubira, s'est imposée progressivement sur la scène politique française. Elle s'est révélée comme une fervente partisane du mariage homosexuel au Parlement.

crédit: MAGNIEN - 20 MINUTES - SIPA
Marseille, France, 8 janvier 2013. Christiane Taubira, ministre français de la justice lors d'une visite au centre Pénitentier des Baumettes.
 

"Combattante de l'humanisme", "grande dame": parlant sans notes, citant volontiers les poètes antillais Aimé Césaire et Léon-Gontran Damas, maîtrisant le moindre alinéa de son projet de loi débattu jusqu'au 12 février, cette ancienne militante indépendantiste à la sérénité inébranlable et aux fous rires contagieux s'attire les qualificatifs les plus élogieux.

"L'abolition de la peine de mort avait révélé Robert Badinter, l'interruption volontaire de grossesse Simone Veil" et le mariage pour tous "Christiane Taubira", relève ainsi l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur (centre-gauche).

Marque d'honneur: dans la nuit de vendredi à samedi, les parlementaires de droite comme de gauche ont interrompu leurs débats pour applaudir les 61 ans de la ministre, née le 2 février 1952 en Guyane (département français d'Amérique du Sud), dans une famille modeste où sa mère élevait seule six enfants.

 

"Je ne suis pas d'accord avec la politique qu'elle conduit, mais j'ai du respect pour elle. Elle bosse et peut avoir un esprit national quand elle remercie tous les députés pour le travail fourni dans le débat", a confié un député UMP (droite, opposition), Gérald Darmanain, à l'Express (centre-droit).

Christiane Taubira, une petite femme énergique et élégante aux cheveux soigneusement tirés en arrière, revient pourtant de loin.

Cet électron libre de la gauche, ancienne candidate à l'élection présidentielle de 2002 face à son allié socialiste Lionel Jospin, avait décidé de quitter la politique il y a un an, au terme de quatre mandats de députée de Guyane.

 

Coup sur coup

 

Après sa nomination surprise au gouvernement, dans la foulée de la victoire de François Hollande en mai 2012, l'auteure en 2001 d'une loi mémorielle sur la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l'Humanité devient la cible de toutes les attaques de la droite et de l'extrême droite.

La ciblant, un député de l'aile droite de l'UMP, Jean-Paul Garraud, avait alors déclaré avoir "mal à la France", lui reprochant notamment "une vision très communautariste de l'Histoire de France".

Mais le supposé "maillon faible" du gouvernement a rendu coup sur coup.

"Ce n'est pas juste une confrontation politique. Les bases sont hyper malsaines. Il est évident que ma présence, là où je suis, et mon parcours sont perturbants", avait confié cette admiratrice de Nelson Mandela.

 

Imperturbable, la ministre remet en cause la politique pénale de la droite, rompant avec le tout-carcéral et annonçant le recrutement d'imams en prison. Elle n'hésite pas à se démarquer de son homologue de l'Intérieur sur le dossier des expulsions de Roms. "Il n'y a pas justice de gauche contre justice de droite. Il y a la Justice", écrit-elle en août sur son blog.

Christiane Taubira est docteur es-sciences économiques et en agro-alimentaire, licenciée en sociologie et certifiée d'études supérieure d'ethnologie afro-américaine.

"Femme, noire, pauvre, quel fabuleux capital! Tous les défis à relever. Une vie d'épuisement en promesse", écrit-elle dans "Mes Météores", un ouvrage paru en mars dernier.

Mme Taubira a été désignée en octobre 2012 au "Gotha Noir de France" 2012-2013, qui veut "démentir les préjugés par l'exemple" et recense plus de 300 parcours d'excellence de personnalités noires et métisses.

La ministre est mère de quatre enfants et divorcée.

Photos

Sujet