CAN 2013 - Ghana: James Appiah galvanise les
Black Stars pour la victoire finale

Publié par AFP le Mardi 5 Février 2013 à 13h57 - Focus

Il était de la sélection ghanéenne championne d'Afrique en 1982. Aujourd'hui sélectionneur, James Kwesi Appiah veut communiquer à ses joueurs les clés de la victoire finale. Le Ghana affronte le Burkina Faso en demi-finale de la CAN 2013, ce mercredi 6 février 2013.

crédit: © Themba Hadebe - AP - SIPA
Port Elizabeth - Afrique du Sud, 2 février 2013. Wakaso Mubarak et ses coéquipiers célèbrent un but, lors du match Cap-Vert-Ghana comptant pour les 1/4 de finale de la Coupe d'Afrique des Nations au stade Nelson Mandela Bay.
 

"J'ai dit aux joueurs que j'avais été un de ceux qui ont eu la chance de gagner la CAN, en 1982, et j'ai mon nom dans les livres d'histoire, a souligné l'entraîneur en conférence de presse mardi. C'est à leur tour d'inscire leurs nom dans les livres d'histoire. Comme ça ils pourront dire plus tard qu'ils ont gagné la Coupe d'Afrique. C'est quelque chose qui nous motive".

Le Ghana, une des équipes phares du continent, qui a remporté quatre fois le titre (1963, 1965, 1978 et 1982), a accédé en Afrique du Sud à sa quatrième demi-finale de suite après avoir défait le Cap-Vert en quart (2-0).

Les "Blacks Stars" joueront mercredi pour la première fois du tournoi à Nelspruit, où le Burkina Faso a joué ses cinq matches.

 

La pelouse du stade est en piteux état: deux semaines avant la CAN, un champignon a infecté l'herbe, et du sable a été ajouté pour compenser la déperdition, selon la CAF.

En outre, les Ghanéens ne pouvaient aller reconnaître le terrain mardi, veille de match, en raison des fortes pluies qui se sont abattues sur la ville lundi et ont gorgé le terrain d'eau.

"Malheureusement, on a été informé qu'on ne pouvait pas aller s'entraîner sur le terrain, a avancé Appiah. Mais la question n'est pas de savoir si c'est un bon ou un mauvais terrain, il faudra jouer là-bas. Dans notre pays, on a des terrains bien pires et on joue dessus, donc ça ira".

"J'ai réfléchi, et quand on évolue sur ce genre de terrain, il faut parfois changer la tactique et les individus pour s'adapter à la situation", a-t-il ajouté, sans précision.

Sujet