Mali: après Gao et Tombouctou, les troupes
françaises à Kidal

Publié par Xinhua le Mercredi 30 Janvier 2013 à 8h18 - Focus

L'armée française a pris position ce mercredi 30 janvier 2013, sur l'aéroport de Kidal, troisième grande ville du Nord du Mali, après les reprises de Gao et Tombouctou. La conférence des donateurs sur le Mali a recueilli plus de 455 millions de dollars américains de promesses de financements ce mardi à Addis-Abeba, en Ethiopie.

crédit: Arnaud Roine - AP - SIPA
Tombouctou, Mali, 28 janvier 2013. Une foule applaudit l'arrivée des soldats français et maliens.
 

L'AVANCEE DES FORCES GOUVERNEMENTALES

 

"Un avion français s'est posé sur la piste de l'aérodrome de Kidal. Ils ont pris position sur l'aérodrome", a déclaré un responsable de l'administration de Kidal, cité par la presse française.

Kidal, troisième centre régional du nord du Mali, à 1.500 km de Bamako, près de la frontière algérienne, a été le fief d'Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), dirigé par Iyad Ag Ghaly (ex-rebelle touareg), un groupe islamiste allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Du côté des militaires maliens, appuyés par leurs homologues nigériens, ils ont fait leur entrée mardi après-midi à Ansongo, ville de la région de Gao (nord-est), située à 80 km au sud de la ville de Gao, ont indiqué à Xinhua des habitants locaux. "Les islamistes ont quitté notre ville il y a trois jours ( dimanche dernier) ... Nous sommes très joyeux, mais le seul problème est que les occupants ne sont pas loin de nous. Ils sont à 35 km de la ville, notamment Tina Hama, Tinguerguerre", a déclaré un habitant.

Lors d'un point de presse tenu lundi soir à l'Elysée, le président français Hollande s'est félicité des succès militaires de la France au Mali. Il a également fait savoir qu'il appartiendra aux troupes africaines déployées dans le cadre de la mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) de redonner au Mali son intégrité territoriale.

"Nous veillons aussi à ce que les contingents africains puissent maintenant se déployer pour prendre le relais de l'armée malienne et de l'armée française lorsque nous aurons suffisamment sécurisé le territoire", a expliqué M. Hollande.

 

3 000 EFFECTIFS DE LA MISMA DEPLOYES AU MALI

 

Avec environ 3 000 effectifs déjà en sol malien, la composition de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), à l'origine projetée à 3 300 soldats, est désormais portée à environ 8 000 personnels militaires, policiers et civils, selon une nouvelle planification dévoilée par l'état-major de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Evoquant les troupes des pays non membres de la CEDEAO, M. Aldjoumani, porte-parole de la MISMA, a fait savoir qu'une partie des 2 500 soldats tchadiens ont franchi lundi la frontière malienne.

Par ailleurs, les effectifs de la MISMA sont prêts à suivre les Français pour la suite de la mission de reconquête, a ajouté M. Aldjoumani.

 

L'ASSISTANCE DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

 

Lors de la conférence des donateurs sur le Mali tenue mardi à Addis-Abeba en Ethiopie, plus de 455 millions de dollars américains de promesses de financements ont été recueilles, avec pour certaines la mise à disposition immédiate de fonds.

La réunion organisée par l'Union africaine (UA) avait pour objectif de mobiliser des ressources en vue d'un déploiement rapide de la MISMA chargée d'aider ce pays d'Afrique de l'Ouest à reconquérir son territoire (le Nord) occupé par des groupes terroristes.

"C'est un très bon début, l'effort déjà consenti est significatif. J'espère que ça va continuer et que ça va permettre de régler définitivement ces questions de paix et de sécurité, non seulement au Mali, mais dans la sous-région et en Afrique", a déclaré à Xinhua le président par intérim malien, Dioncounda Traoré.

A part les fonds mobilisés par l'UA, le soutien de la communauté internationale se poursuit. Les Etats-Unis ont déclaré mardi avoir commencé le service de ravitaillement des opérations aériennes françaises le 27 janvier.

De la part de Berlin, le gouvernement allemand a annoncé mardi qu'il fournirait des fonds et du matériel supplémentaires pour soutenir le Mali dans sa lutte contre les rebelles du nord du pays.  

Sujet