Chronologie de l'intervention française au
Mali

Publié par AFP le Dimanche 27 Janvier 2013 à 12h56 - Focus, Politique

Rappel des événements, ce dimanche 27 janvier 2013, au 17e jour de l'intervention française au Mali.

crédit: ECPAD - Xinhua
Bamako, Mali,16 janvier 2013. Les forces terrestres françaises avancent au nord pour aider l'armée malienne à reprendre la région
 

Cette vaste région est depuis avril 2012 un sanctuaire pour Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Dine (Défenseurs de l'Islam) et Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest).

 

JANVIER 2013

 

- 10: Quelque 1.200 islamistes prennent Konna (centre) et menacent de poursuivre vers le Sud, en direction de Bamako. Le président malien Dioncounda Traoré demande l'aide militaire de la France.

Quelques dizaines de soldats français sont dépêchés pour sécuriser l'aéroport de Sévaré (centre).

- 11: Contre-offensive de l'armée malienne, soutenue par la France, pour repousser l'avancée des islamistes.

Le président François Hollande confirme l'engagement français contre des "éléments terroristes venant du Nord".

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) autorise l'envoi de troupes dans le cadre de la Misma (Force internationale de soutien au Mali).

- 13: L'aviation française bombarde des positions islamistes à Gao et Kidal (Nord). Selon la France, l'Algérie lui "a autorisé sans limite le survol de son territoire".

- 14: Les islamistes évacuent des villes du Nord après des bombardements français mais prennent Diabali (400 km au nord de Bamako). Ils menacent de "frapper le coeur de la France".

Les rebelles touareg du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) sont "prêts à aider" l'armée française en faisant "le travail au sol".

- 15: Premier engagement de troupes françaises au sol, pour reprendre Diabali.

- 16: Invoquant des représailles, des islamistes capturent des centaines d'Algériens et d'étrangers sur le site gazier d'In Amenas en Algérie.

Enquête de la Cour pénale interntionale sur des crimes de guerre présumés au Mali depuis un an.

- 17: Arrivée à Bamako de premiers soldats de la Misma, dirigée par un général nigérian.

- 18: L'armée malienne libère Konna.

- 19: Après quatre jours d'opération, assaut final des forces algériennes à In Amenas. Au moins 37 otages étrangers et un Algérien tués, ainsi que 29 assaillants (officiel).

 

Au sommet extraordinaire de la Cédéao à Abidjan, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius réclame l'appui immédiat de l'ONU.

La France restera au Mali "le temps nécessaire pour que le terrorisme soit vaincu dans cette partie de l'Afrique" (Hollande).

- 20: Les Français prennent position à Niono et Sévaré (Nord).

- 21: Prise franco-malienne de Diabali et Douentza.

 

Aide logistique américaine.

 

- 22: Attaques françaises contre Aqmi, notamment "un centre de commandement des terroristes" près de Tombouctou (sources françaises).

- 23: Enquête réclamée après des accusations d'exactions par des troupes maliennes.

Plus de 2.300 soldats français de l'opération Serval déjà déployés au Mali.

- 24: Le Mouvement islamique de l'Azawad (MIA), issu d'une scission d'avec Ansar Dine, veut "aller vers une solution pacifique".

- 25: Première libération franco-malienne d'une localité du Nord, Hombori, à quelque 200 km de Gao.

- 26: Conquête franco-malienne de Gao, plus importante ville du Nord.

Les Etats-Unis vont ravitailler en vol des avions français. Ils ont déjà fourni des gros-porteurs C-17 et une aide en matière de renseignement.

Le Mujao dit à l'AFP vouloir négocier la libération de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal, enlevé en novembre 2012.

- 27: Des troupes tchadiennes et nigériennes à Gao tandis que Français et Maliens progressent vers Tombouctou.

Bombardements français de Kidal et sa région (extrême nord-est), fief d'Ansar Dine, détruisant la maison de son chef, Iyad Ag Ghaly.

Au sommet de l'Union africaine à Addis Abeba, le président sortant, Thomas Boni Yayi, "salue" l'intervention française, regrettant que l'UA n'ait pas réagi plus tôt pour "défendre" l'un de ses membres.

Sujet