CAN 2013: les consignes du CNSE et Soumaïla
Diakité qui défie Kennedy Mweene

Publié par AFP le Dimanche 3 Février 2013 à 18h58 - Focus, CAN 2013

Dans les coulisses de la CAN 2013, les recommandations strictes données aux Éléphants de Côte d'Ivoire, les éclairs dans le ciel de Rustenburg et Kennedy Mweene qui a de la concurrence.

Ethique

 

Les quelque 500 supporters de la Côte d'Ivoire, venus d'Abidjan ou vivant en Afrique du Sud et regroupés au sein du Comité national de soutien aux Eléphants (CNSE), doivent bien se tenir et se plier à une charte d'éthique qui stipule notamment: "Respect des consignes données par les différents responsables du CNSE, ne pas être sous l'emprise de l'alcool, ne pas harceler la gent féminine, être discipliné face aux autorités du pays d'accueil, ne pas voler, ne pas colporter les rumeurs, les ragots, ne pas répondre aux provocations d'autres supporters."

 

Eclairs

 

Il n'y avait pas que la musique et les publicités, souvent à (trop) forts décibels, pour faire patienter le (maigre) public de Rustenburg avant le quart de finale Côte d'Ivoire-Nigeria dimanche après-midi. Les spectateurs ont pu assister à un beau spectacle pyrotechnique et gratuit offert par le ciel avec une succession d'éclairs, par-delà les montagnes, annonciateurs d'un orage qui devait visiter la région plus tard en soirée, selon les prévisions météo.

 

Mur

 

Après le gardien zambien Mweene, la Coupe d'Afrique a révélé un nouveau spécialiste des penalties et plus spécifiquement des tirs au but avec le Malien Soumaïla Diakité. Bourreau du Gabon en quart de finale en 2012, le portier des Aigles a cette fois écoeuré un autre pays organisateur, l'Afrique du Sud, en stoppant deux tentatives des Bafana Bafana. Et dire que Diakité n'a dû sa place qu'à la suspension du titulaire Mamadou Samassa...

 

Carton

 

Le défenseur sud-africain Masilela a reçu un avertissement bien étrange contre le Mali en quart de finale de la CAN. Saignant du nez après un choc, il a reçu un carton jaune de la part de l'arbitre camerounais M. Alioum durant la prolongation pour avoir continué à jouer avec son maillot maculé de sang.