RDC, le M23 regrette les attaques des
hélicoptères de l'ONU

Publié par Xinhua le Mercredi 2 Janvier 2013 à 12h28 - Communiqué

Le Mouvement du 23 mars (M23), a ce mercredi, publié un communiqué portant le regret de l'incident survenu le 26 décembre 2012 à Kibumba et à Kanyamahoro sur les hélicoptères de la MONUSCO.

"Nos forces armées ont eu le réflexe juste et normal en de telles circonstances, elles ont tenu à marquer leur présence par des tirs de sommation pour les deux objectifs majeurs, dont de dissuader les deux engins de toute initiative belliciste et d'exiger les pilotes à s'identifier", a indiqué le communiqué, ajoutant que "si l'un ou l'autre hélicoptère a été touché par les tirs de sommation, ceci n'était pas dans l’intention des nos forces, parce qu'elles se réservaient la possibilité de recourir aux moyens plus appropriés, dont dispose notre défense aérienne".

D'après le M23, l'espace survolé par les deux engins est considéré comme opérationnelle, aucune mention sur ces appareils volants n'était visible pour faciliter leur identification, aucune signalement n'avait été porté à la connaissance de leur force par la Mission de l'Organisation pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) concernant les vols nocturnes à effectuer à cette date.

Selon le communiqué, "il existe des informations en provenance des sources crédibles sur les préparatifs de guerre dans le camp de l'armée gouvernementale, ce qui exige de nos forces un état d'éveil permanent et une prédisposition à prendre toute mesure proportionnelle à la menace".

Dans un communiqué parvenu à l'Agence Xinhua le 28 décembre 2012, la MONUSCO a mis en garde les rebelles du M23 contre les attaques répétées sur ses hélicoptères, l'un à partir de Kibumba et l'autre à partir de Kanyamahoro, zones sous-contrôle du M23.

Photos