Jacob Zuma, l'homme fort de l'ANC

Publié par Panapress le Vendredi 21 Decembre 2012 à 11h53 - Politique

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud, a clôturé sa conférence nationale le jeudi 20 décembre 2012 à Mangaung, dans la province de l'Etat Libre. Cette conférence vient ainsi renforcer la puissance de Jacob Zuma réélu à la tête du parti.

crédit: Li Qihua - Xinhua
Le président Jacob Zuma, chante l'hymne national lors de la cérémonie d'ouverture du 53e Congrès national de l'ANC à Bloemfontein, le 16 décembre 2012
 

Le leader exclu de la ligue des jeunes, Julius Malema, qui avait promis "la mise à mort" de M. Zuma, en espérant que la conférence de Mangaung lui donnerait un nouveau souffle s'est vu fermer la porte au nez par le parti.

Le Secrétaire général de l'ANC, Gwede Mantashe, a indiqué que la réintégration de Julius Malema était "définitivement exclue".

M. Motlanthe, qui s'était opposé à M. Zuma pour prendre la tête du parti et qui a échoué, devrait céder sa placer à l'homme d'affaires milliardaire, Cyril Ramaphosa.

Dans son discours de clôture jeudi, le président Zuma a indiqué que M. Motlanthe avait été désigné pour diriger le programme d'éducation politique du parti.

"Nous remercions l'ex-vice-président de se consacrer à cette tâche primordiale", a-t-il dit.

D'autre part, M. Ramaphosa, qui est désormais largement considéré comme le successeur de M. Zuma, a annoncé avoir demandé un audit de ses activités.

Il possède sa propre société, Shanduka Holdings, tout en étant président du Groupe Bidvest et de MTN et propriétaire de la franchise sud-africaine de McDonalds.

Sujet