Tanzanie: les élections américaines font la
une

Publié par Panapress le Samedi 10 Novembre 2012 à 13h42 - Médias

La réélection du président américain, Barack Obama, est le principal sujet développé cette semaine par la presse tanzanienne à la lumière de ses ramifications dans les autres régions du monde.

crédit: Yang Lei - Xinhua
 

"En tant que première économie mondiale, sans oublier sa puissance militaire" écrit The Citizen, "les Etats-Unis ont la capacité de dicter beaucoup de choses qui se passent ailleurs à travers le globe".

Le quotidien privé rappelle que la victoire d'Obama en 2008 avait été accueillie avec beaucoup de joie en Afrique, probablement parce que beaucoup considéraient ce dernier comme "l'un d'entre nous" à cause de ses racines kényanes.

"Compte tenu de la politique nombriliste généralement appliquée en Afrique, où les dirigeants tendent à distribuer les ressources nationales à leurs partisans en politique et à leurs villages d'origine, subsistait le sentiment que Obama ruinerait "le continent de son père".

 

"Mais il est clair que dans la plus grande démocratie du monde, les choses ne se passent pas selon les caprices du président. Ce sont les intérêts américains, et non les intérêts (et sentiments) du président qui règnent en maître", a expliqué le journal.

Pour The Citizen, quel que soit l'occupant de la Maison Blanche, les Etats-Unis ont leurs domaines d'intérêt spécifiques et les "partenaires au développement" ne doivent pas s'attendre à grand chose simplement parce qu'il y a un changement ou non à la tête de l'administration américaine.

"Toutefois, l'expérience de cette administration et le style de leadership doivent sûrement influencer la mise en oeuvre d'initiatives qui profitent aux nations bénéficiaires, tout en servant les intérêts américains", observe le quotidien.

 

Le journal souligne également que la domination économique, culturelle et sécuritaire des Etats-Unis ne peut être maintenue que si la pauvreté et les bouleversements sociaux sont mis en échec dans les autres nations, notamment en Afrique sub-saharienne.

"C'est pourquoi, nous espérons que le président Obama utilisera son second et dernier mandat pour booster le partenariat avec le monde en développement dans les secteurs de la santé, de la réduction de la pauvreté et de l'éducation.

Par ailleurs, The Guardian note que le système électoral américain a été présenté comme le meilleur au monde, mais comme tout système, il peut avoir des failles.

 

Pourtant les pays et les hommes politiques africains ont beaucoup de leçons à apprendre de ces élections, estime le quotidien, qui note en particulier comment le perdant à rapidement accepté sa défaite.

"Ce que les Africains doivent apprendre est que le perdant ne doit pas attendre qu'on le pousse pour accepter sa défaite. Avant même que Barack Obama ne s'exprime, Mitt Romney avait accepté sa défaite.

The Gardian salue aussi le discours du président réélu qui a promis de travailler avec les républicains sur les questions d'ordre national et de discuter des voies et moyens de "faire avancer le pays".

"C'est sans aucun doute une grande leçon pour les dirigeants africains. Aucune idée venant de l'opposition n'est écartée".

Sujet