Côte d'Ivoire, la grève des enseignants et
des médecins inquiète le gouvernement

Publié par Xinhua le Mercredi 6 Février 2013 à 20h56 - Education, Politique, Santé

Le gouvernement ivoirien s'est dit fortement préoccupé ce mercredi 6 février 2013, par la grève des enseignants et des personnels de santé entamée le lundi. Il a annoncé l'ouverture d'une discussion avec les syndicats concernés.

Bruno Nabagné KONE
 

"Le gouvernement est fortement préoccupé par la situation et prend au sérieux ce qui se passe", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, au sortir d'un conseil des ministres.

Selon lui, les grèves des enseignants et des personnels de santé, pour des revalorisations salariales, a été "l'un des points majeurs" de la réunion gouvernementale.

"Les discussions se poursuivent", a poursuivi Bruno Koné qui a indiqué que "trois réunions ministérielles ont déjà eu lieu dans ce sens".

Le porte-parole du gouvernement a déploré que les syndicats grévistes n'aient pas respecté les procédures en vigueur avant d' appeler à l'arrêt de travail.

"Ces procédures indiquent qu'après épuisement de toutes les voies de recours, au niveau ministériel, des discussions se font avec le Premier ministre, s'il n'y a pas accord, les syndicats peuvent en ce moment composer leur préavis de grève", a-t-il expliqué.

Le porte-parole du gouvernement a insisté sur le respect de la légalité, annonçant que "des mesures appropriées seront prises dans les prochains jours".

Le gouvernement a menacé d'opérer des ponctions sur le salaire des grévistes en cas d'arrêt de travail "illégal".

La grève des enseignants et des personnels de santé, respectivement de dix et cinq jours, est largement suivi sur l' ensemble du territoire ivoirien.

A Yamoussoukro, la capitale politique et administrative (centre, 230 km d'Abidjan), au moins 11 enseignants ont été arrêtés par la police et déférés devant le tribunal où ils sont poursuivis pour atteinte à l'ordre public.

Sujet