Guerre au Mali, Cotonou souhaite la
continuité du leadership de Paris

Publié par Xinhua le Mercredi 6 Février 2013 à 18h01 - Politique

Le président du Bénin Thomas Boni Yayi, a souhaité ce mercredi 6 février 2013 à Paris, voir la France poursuivre son leadership sur la crise malienne. La France doit entamer le retrait progressif de ses troupes du Mali.

crédit: © Michel Euler - AP - SIPA
Paris - France, 6 février 2013. Le président béninois Yayi Boni reçu par son homologue français François Hollande, lors de sa visite à l'Elysée.
 

"Une fois que la Misma (Mission internationale de soutien au Mali) aura été mise en place avec 6.000 à 8.000 soldats, c'est normal que la France puisse progressivement réduire son contingent", a déclaré le président béninois à la presse à l'issue d'un entretien avec le président François Hollande à l'Elysée. Près de 4.000 soldats français sont actuellement déployés au Mali.

Mais la France doit "naturellement continuer à jouer son rôle de leadership", a-t-il ajouté, remerciant le président français pour son "intervention salutaire" au Mali.

"C'est tout un continent, le continent africain, qui s'en félicite", a-t-il poursuivi, soulignant la volonté de l'Afrique de "jouer sa partition aux côtés de la France"

"Lorsque la guerre (au Mali) aura été terminée, lorsqu'on aura le sentiment que toute la zone sahélo-saharienne aura été ratissée, la Misma pourra être transformée en une force de paix avec naturellement un mandat sous le chapitre VII de la Charte de l'ONU, parce que nous voudrions débarrasser définitivement la bande sahélo-saharienne du terrorisme", a aussi déclaré M. Boni Yayi.

Le chapitre VII de la Charte de l'ONU permet d'imposer des sanctions économiques et diplomatiques à un pays pour le contraindre à se plier à une décision du Conseil. Il autorise aussi le recours à la force.

Sujet