Sirleaf attire l'attention sur les pertes
économiques liées à l'eau

Publié par Panapress le Jeudi 31 Janvier 2013 à 18h10 - Environnement, Société

Ellen Johnson-Sirleaf, la lauréate du Prix Nobel et présidente du Liberia, a interpellé le mercredi 30 janvier 2013, sur les pertes économiques dues à la mauvaise qualité de l'eau et de l’accès à l'assainissement. Selon la présidente libérienne, ces pertes sont évaluées à 260 milliards de dollars américains, chaque année.

crédit: © Union européenne, 2012
Conférence de presse d'Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia lors de sa visite au siège de l'UE, à Bruxelles en Belgique, le 8 novembre 2012
 

Elle a émis cet avertissement sur place auprès du panel de haut niveau de l'ONU qui se réunit cette semaine pour discuter de l'avenir des efforts internationaux de lutte contre la pauvreté.

La présidente Johnson-Sirleaf, l'un des trois co-présidents du panel de haut niveau du Secrétaire général de l’ONU sur le programme de développement de l’après 2015 a déclaré: "Nous devons prendre cette question plus au sérieux".

"Trop souvent, l'accès à un assainissement adéquat en particulier est considéré comme un résultat du développement, plutôt qu'un moteur du développement économique et de réduction de la pauvreté. La Corée du Sud, la Malaisie et Singapour dans les années 1960 et 1970 ont démontré le potentiel de stimulation du développement économique en s'attaquant à l'assainissement", a-t-elle affirmé.

Le panel, qui regroupe 27 chefs de gouvernement, des leaders du secteur privé et de la Société civile, est co-présidé par le Premier ministre britannique David Cameron, le président Susilo Bambang Yudhoyono de l'Indonésie et la présidente Johnson-Sirleaf.

Le groupe est chargé de remettre un rapport en mai au Secrétaire général de l’ONU contenant des recommandations pour un programme de développement mondial.

Le Libéria est à bien des égards typique des pays sub-sahariens africains, avec l'accès à l'eau potable atteignant 73%, dépassant de loin les niveaux d'accès à un assainissement décent, qui s’élèvent à seulement 18%. La moyenne en Afrique sub-saharienne de ces services se situe à 61% pour l'eau et seulement 30% pour l'assainissement.

Selon un rapport de WaterAid publié en 2012, la vie de 2,5 millions de personnes dans le monde pourrait être sauvée chaque année si tous les pays avaient accès à l'eau potable et à un assainissement adéquat.

Sujet