L'UA sollicite les fonds souverains de ses
pays membres

Publié par Panapress le Samedi 26 Janvier 2013 à 20h48 - Politique

L'Union africaine (UA) a appelé ses pays membres disposant de fonds souverains dans la zone euro et aux Etats-Unis, à les rapatrier pour financer des investissements afin d'accélérer les échanges commerciaux et la croissance économique sur le continent.

Le vice président de la Commission de l'UA, Erastus Mwencha, a indiqué que bien que les programmes actuels d'expansion de l’éducation, de maintien de la paix,
d’infrastructures soient financés par l'aide étrangère, l'UA est à la recherche de moyens novateurs pour permettre au secteur privé africain de prendre en charge la plupart des projets.

"Nous bénéficions d’un appui considérable de la part des partenaires dans le cadre des projets de l'Université panafricaine, de programmes d'infrastructures, de paix et de sécurité", a déclaré M. Mwencha aux journalistes présents à Addis-Abeba, en Ethiopie, où des réunions préparatoires se tiennent en prélude au sommet de l'UA.

Les propositions sont examinées au cours d’une série de réunions d'experts destinées à renforcer les ressources de l’UA.

Ces propositions comprennent l'introduction d'une taxe sur le pétrole et le gaz, une taxe minière, une taxe sur les transactions de devises et un impôt sur les billets d'avion.

M. Mwencha a déclaré qu’en raison de la volatilité financière continue au sein de l'Union européenne (UE), la plupart des pays africains disposant de fonds souverains investissant dans les pays riches ne reçoivent pas d’intérêt sur leurs investissements.

«C'est un domaine où nous voyons de formidables opportunités. Les fonds souverains gagnent des taux d'intérêt négatifs. Nous devons les ramener en Afrique ", a déclaré M. Mwencha.

Le Nigeria, l'un des géants pétroliers du continent, aurait lancé son propre fonds souverain avec un capital initial d'un milliard de dollars, tandis que l'Angola aurait mis en place le Fundo Soberano de l'Angola avec cinq milliards de dollars en 2012.

La Banque africaine de développement (BAD) a souligné que les fonds d'investissement disséminés à travers le monde représentent environ 5,16 trillions de dollars américains en 2012, comparé à 3,98 trillions de dollars américains en 2011, malgré la crise du crédit européen.

Les pays africains disposent de 14 fonds d'investissement gérés par les Etats d’une valeur de 114 milliards de dollars américains en 2009.

Ce nombre est appelé à augmenter de manière significative avec les récentes découvertes de pétrole et de gaz en Afrique de l'Est et dans plusieurs autres pays africains.

La Libye et l'Algérie disposent actuellement des fonds les plus importants en Afrique. La Libyan Investment Authority détient 65 milliards de dollars alors que le trésor algérien gère 56,7 milliards de dollars américains.

L'ancien président du Nigeria, Olusegun Obasanjo, doit présenter un rapport officiel sur les modalités de financement des programmes et des projets de l'UA à l'ouverture du sommet de l'UA à Addis-Abeba dimanche.

Sujet