Revue de la presse ivoirienne du 21 janvier
2013

Publié par Xinhua le Lundi 21 Janvier 2013 à 12h33 - Médias

Voici les principales informations de journaux ivoiriens parus ce lundi :

FRATERNITÉ MATIN

"La réconciliation est une mission pour l'avenir, le futur et surtout au bénéfice des enfants. La réconciliation par les enfants est même la meilleure, car c'est eux les hommes de demain. Au lieu d'être des pro-ceci ou des pro-cela, j'exhorte tous à être des pro-Côte d'Ivoire. Car la réconciliation, c'est l'affaire des pro-Côte d'Ivoire. J'invite donc tout le monde à s'y investir, pour le bonheur de tous".

Tels sont les propos tenus samedi par le président de la Commission dialogue vérité réconciliation (CDVR), Charles Konan Banny à Abobo-PK 18. C'était à l'occasion d'une cérémonie de remise de vivres et de non-vivres à 500 enfants issus de ce sous-quartier de la commune d'Abobo qui ont subi les affres de la crise post-électorale.

Aux victimes de la crise post-électorale ("les vraies victimes", a-t-il souligné), il a demandé de s'identifier, pour obtenir plus tard réparation auprès des autorités compétentes. Il a invité toutes les communautés ethniques et religieuses de PK 18 à vivre en symbiose en transcendant tous leurs clivages, pour une Côte d'Ivoire réconciliée.

 

LE MANDAT

Les chefs d'Etat de la CEDEAO ont signé l'ordre de déploiement de la Misma, la Mission internationale de soutien au Mali. C'est donc la première fois qu'est confirmée la force, qui sera dirigée par un général nigérian.

Certes, rien de concret n'a été dévoilé sur le huis clos des dirigeants ouest-africains réunis pour la 10ème fois en 10 mois pour se pencher sur la situation malienne. Mais, les chefs d'Etat ont toutefois réaffirmé leur détermination à accompagner le Mali dans la résolution de la crise sécuritaire et institutionnelle. Le président Ouattara et ses pairs, ont aussi exprimé leur gratitude à la France, représentée à ces assises, par son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius pour avoir déclenché les opérations qui ont permis de contenir la progression des terroristes vers le sud du Mali.

Cette force internationale, d'environ 3500 hommes, n'est pas encore financée, et c'est peut-être l'une des raisons de l'inertie des pays de la CEDEAO. Les yeux sont désormais rivés sur la conférence des donateurs pour le financement de la Misma, prévue le 29 janvier au siège de l'Union africaine à Addis-Abeba.

 

LE NOUVEAU RÉVEIL

La Confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d'Ivoire (Cosyfoci) malgré la mise en garde du ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Gnamien Konan, maintient sa grève. Au cours d'une conférence de presse animée dimanche, Apollinaire Tapé Djédjé et ses camarades semblent plus que déterminés à aller au bout de leur combat.

"Les menaces du ministre n'ébranlent guère la détermination des fonctionnaires et agents de l'Etat à aller jusqu'au bout de ce combat et attendent plutôt que le ministre Gnamien Konan s'imprègne sur les débats de fond pour en trouver des solutions", a martelé le président de cette Confédération qui revendique 40 syndicats de la Fonction publique.

Le président de la Cosyfoci s'est aussi offusqué de ce que "le gouvernement soit prompt à menacer certains syndicats et à ménager d'autres", et de déduire que "le plus pauvre doit accepter de continuer à subir la pauvreté et la cherté du coût de la vie, sans broncher alors que ceux qui bénéficient déjà d'un meilleur traitement salarial peuvent en exiger et en obtenir davantage sans être inquiétés".

Sujet